Rythmes scolaires : le ministre maintient l’essentiel l’essentiel de ses propositions
Publié; le 14 novembre 2012, mis à jour le 26 novembre 2012 | snudi FO

Lors de la réunion du 12 novembre, à propos de laquelle la FNEC FP FO s’est exprimée (cf communiqué « Loi d’orientation, rythmes scolaires … Monsieur le Ministre, renoncez à vos projets ! »), le ministre a présenté une nouvelle version orale de son projet : Une semaine de 4 jours et demi qui maintient le mercredi matin à 3 heures de classe et 5h15 de classe en moyenne les autres jours. Il a demandé aux organisations syndicales de faire des propositions pour rendre son projet acceptable. F O a refusé de s’inscrire dans une logique d’amendements et a défendu ses positions et revendications.

L’allongement du travail au mercredi : inacceptable

■ La diminution des rémunérations des PE : inacceptable !

Le traitement net des PE diminue régulièrement du fait de la hausse des retenues et du blocage de la valeur du point d’indice. Le projet du ministre aboutirait à aggraver la situation en augmentant le nombre de jours de présence avec la semaine de quatre jours et demi. Avec ce projet les PE devraient être présents un jour supplémentaire le mercredi. Les frais de transport et de garde d’enfant liés à cette journée pourraient atteindre 200 à 300 euros mensuels. Avec l’« aide aux devoirs », les études surveillées seraient menacées privant les PE d’un revenu complémentaire.

■ La dégradation des conditions de travail : inacceptable !

La classe le mercredi matin aurait pour conséquence de reporter les 48 heures d’animations pédagogiques et de concertations sur le mercredi après midi. Ces 48 heures représentent 16 mercredi après midi auxquels peut s’ajouter les 2x3h de la journée de solidarité. Ainsi 18 mercredi seraient travaillés complètement soit un mercredi sur deux.

Une « 24ème heure » : véritable cheval de Troie de la territorialisation que FO rejette

Le ministre a indiqué au cours de la réunion du 12 novembre que le quart d’heure quotidien au delà de 5 heures pouvait tout à fait être regroupé en une heure hebdomadaire, voire des heures regroupées sur plusieurs semaines selon les besoins du Projet éducatif local.

Le SNUDI-FO a renouvelé son opposition à la double tutelle Education nationale/collectivités territoriales de cette heure de service des enseignants fonctionnaire d‘Etat. Le ministre a répondu : « la question du temps de travail soumis à des accords locaux peut déboucher sur des dispositifs intéressants ». Nos Obligations Réglementaires de Service aujourd’hui définies nationalement et réglementairement seraient remises en cause pour partie avec ces « accords de travail locaux ».

Le ministre n’a obtenu aucun consensus sur ces propositions

SE-UNSA, SNUipp et SGEN ont exprimé leur accord avec les buts du ministre, mais nul ne peut ignorer que tant les représentants des communes confrontés à une nouvelle charge financière, que la grande majorité des personnels n’ont donné leur aval à son projet de modification des rythmes scolaires. Le ministre ne peut donc en aucun cas se prévaloir d’un consensus.

Une table ronde avec les représentants des familles et des collectivités pour discuter des obligations de service des enseignants : une demande à haut risque !

Le SGEN-CFDT ; le SE-UNSA et le SNUIPP, ont demandé au ministre d’organiser une « table ronde des représentants des collectivités, des familles et des enseignants »notamment pour « revoir la définition et l’organisation des obligations de services des professeurs des écoles » Le SNUDI-FO participera à toutes les réunions pour porter les revendications des personnels, pour autant il rejette le fait qu’une telle table ronde serve à « revoir la définition et l’organisation des obligations de services des professeurs des écoles » dans le sens d’une plus grande annualisation et d’une mise sous tutelle aggravée des obligations de services des PE par les collectivités et du Projet Educatif Local. En maintenant ce projet, le ministre prendrait la responsabilité d’une fracture et d’un conflit avec les personnels.

Le ministre doit renoncer à son projet et ouvrir des négociations sur les revendications que le SNUDI a rappelé le 12 novembre :

- Les enseignants doivent demeurer des fonctionnaires d’Etat à part entière et garder leur statut,
- Non à la généralisation du mercredi,
- Les obligations de service des PE doivent être définies nationalement en heures hebdomadaires d’enseignement,
- L’Aide Personnalisée doit être abandonnée,
- La séparation scolaire/péri scolaire doit être strictement préservée.
- Ce sont les salaires et les indemnités qui doivent être augmentés, pas les horaires

Signez, faites signer la pétition Force Ouvrière pour l’abandon du projet ministériel !

cale




Documents Liés
PDF - 390.4 ko
Rechercher sur le Site
Dans la même Rubrique
Rythmes scolaires : questions pratiques
Retour de la semaine de 4 jours
Pétition rythmes scolaires
Pour en finir avec l’APC, la confusion scolaire/périscolaire, les PEdT...
60 000 postes dans l’Éducation, vraiment ?
Communiqué intersyndical FO CGT Sud rythmes scolaires octobre 2014
Postes et rythmes scolaires Dès la prérentrée tous les problèmes s’aggravent, le SNUDI avec la FNEC FP FO demandent à être reçus en urgence par la ministre.
La revendication de FO satisfaite : pas de rattrapage de la journée de prérentrée !
Mastérisation et austérité, une mauvaise pièce aux conséquences tragiques
Le Conseil Supérieur de l’Education du 5 mai vote majoritairement contre le projet de décret de B. Hamon !
Pour appliquer le décret du 24 janvier, le ministre veut supprimer le maxima de 24 heures d’enseignement hebdomadaire
Pétitions Rythmes scolaires : Le seul « assouplissement » possible, c’est l’abrogation !
Au tableau noir du pacte de responsabilité : Vincent Peillon, premier de la classe
Journal Rythmes Scolaires novembre 2013
Grève nationale du 14 novembre pour la suspension immédiate de la réforme et l’abrogation du décret sur les rythmes scolaires
Rythmes scolaires Pour la suspension et l’abrogation du décret, la question de la grève est posée
Le chaos doit cesser immédiatement ! La commune de Crillon dans l’Oise sort du dispositif !
Pétition NON AU RATTRAPAGE DE LA PRE-RENTREE LE MERCREDI 13 NOVEMBRE !
RENTRÉE 2013 : Le Décret du 24 janvier menace nos garanties statutaires
Conseil école/collège...attention, danger !
1 | 2 | 3 |>
SPIP 2.1.28 [22259] habillé par le Snudi Fo